Asaf BACHRACHchef de projet, chercheur en neurosciences cognitives (CNRS)
Myriam GOURFINKporteur de projet associée, chorégraphe

Frédéric BEVILACQUAresponsable du volet “systèmes interactifs” et construction de la plateforme, directeur de recherche (IRCAM)
Fabrizio de VICO FALLANI postdoctorant – spécialiste des réseaux hyper-cérébraux (“hyper brain networks”, Hôpital de la Pitié Salpêtrière)
Christophe PALLIERspécialiste en neuroimagerie cognitive (INSERM)

Coralie Vincent (SFL)

Yann Fontbonne – ingenieur – traitement du signal et analyse des données

Guillaume Dechambenoit

Coline Joufflineau

Jose Luis Ulloa Fulgeri

Fred Voisin

Romain Bigé

Lise Hobeika

Laura Potrovic

Marielle Pelissero

photo asafAsaf BACHRACH est le porteur du projet Labodanse. Formé à l’origine en linguistique théorique (à Paris 3 et Paris 7), Asaf a obtenu un doctorat au M.I.T au cours duquel il a acquis une expertise en neurosciences cognitives et développé un programme de recherche interdisciplinaire en neurolinguistique. Il a par la suite effectué un post-doc au sein du laboratoire de Stanislas Dehaene à Neurospin (INSERM/CEA). Il est actuellement chargé de recherche, rattaché à l’UMR “Structures Formelles du Langage”. Ses principaux intérêts de recherche concernent la linguistique théorique, la neurolinguistique, et surtout la danse et la cognition.
En parallèle de son cursus universitaire, Asaf a depuis plus de 15 ans une pratique régulière de la danse contact, qu’il enseigne depuis plusieurs années, ainsi que d’autres types de danse (Butoh, release technique, tuning score). En 2012, il a organisé une rencontre internationale à Paris autour de la danse contact improvisation et du “mindfulness”. Il est aussi à l’origine du séminaire “The Conscious Body”.

Myriam

L’INNOMMEE Myriam Gourfink Kasper T.Toeplitz
Genève Mars 2008 © Isabelle Meister

Myriam GOURFINK est une figure de proue de la recherche chorégraphique en France. Elle a également été invitée par de nombreux festivals internationaux (Springdance à NYC, Künsten festival des arts à Bruxelles, Festival de La Bâtie à Genève, Festival Danças Na Cidade à Lisbonne,…) Elle a été artiste en résidence à l’IRCAM en 2004-2005 et au Fresnoy-studio national des arts contemporains en 2005‑2006. Elle a été directrice du Centre de recherche et de composition chorégraphiques (CRCC) à la Fondation Royaumont.
Les techniques respiratoires du yoga fondent la démarche de Myriam Gourfink. Cette connaissance du mouvement et de l’espace permet de concevoir des chorégraphies, sans travail en atelier. Comme les musiciens, elle utilise une écriture symbolique pour composer l’univers géométrique et l’évolution poétique de la danse. Ayant étudié la Labanotation avec Jacqueline Challet Haas, elle a entrepris à partir de ce système une recherche pour formaliser son propre langage de composition. Chaque chorégraphie invite l’interprète à être conscient de ses actes et de ce qui le traverse. Les partitions activent sa participation : il fait des choix, effectue des opérations, fait face à l’inattendu de l’écriture, à laquelle il répond instantanément.
Pour certains projets, les partitions intègrent au sein de l’écriture, des dispositifs (informatisés) de perturbation et re-génération en temps réel, de la composition pré-écrite : le programme gère l’ensemble de la partition et génère des millions de possibilités de déroulements. Les interprètes pilotent – via des systèmes de captation– les processus de modification de la partition chorégraphique, qu’ils lisent sur des écrans LCD. Le dispositif informatique est ainsi au coeur des relations d’espace et de temps. Il permet, au fur et à mesure de l’avancement de la pièce, la structuration de contextes inédits.

FredericBevilacquaFrédéric BEVILACQUA est directeur de l’équipe “Interactions musicales temps réel” à l’IRCAM. Il concentre sa recherche sur le développement de systèmes de sons interactifs contrôlés par les gestes. Il dirige actuellement un projet de recherche sur l’apprentissage sensori-moteur dans des systèmes interactifs sonores basés sur le geste (projet ANR Legos). Il est titulaire d’un master en physiques (1991) et d’un doctorat en optique biomédicale (1998) de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Il a également étudié la musique au Berklee College of Music de Boston (1992-1993) a pris part à différents projets artistiques audiovisuels. De 1999 à 2003 il a dirigé différents projets de recherche au Beckman Laser Institute à la University of California Irvine. Il a rejoint l’IRCAM en 2003 en tant que chercheur sur l’analyse du geste pour la musique et les arts performatifs.

fdvf_small.jpg.1347479448530Fabrizio DE VICO FALLANI est chercheur post-doctorant au Centre de Recherche de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière (CRICM), Hôpital de La Pitié-Salpêtrière, Paris, France. Il était auparavant postdoctorant au département de physiologie et pharmacologie à l’Université de Rome Sapienza et chercheur associé au Laboratoire d’imagerie neuroélectronique et d’interface homme machine de la Fondazione Santa Lucia. Il a obtenu un master en ingénierie informatique en 2005, puis un doctorat en biophysique en 2009 à la Sapienza. Il est membre de l’Institut des Ingénieurs en électrique et électronique (IEEE), et de la Société Italienne pour le Chaos et la Complexité (SICC).

Christophe_Pallier_Aug2012_85_cw85_ch85_thumbChristophe PALLIER, directeur de recherche, section “Neuroimagerie du langage” de l’unité de neuroimagerie cognitive INSERM-CEA implantée au centre Neurospin. Il s’intéresse aux processus qui sous-tendent le langage (décodage de la parole, compréhension et production des phrases, apprentissage des langues…) et utilise l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle pour explorer leurs bases cérébrales. Ses travaux récents ont porté sur l’identification du réseau cérébral impliqué dans l’analyse des phrases en constituants syntaxiques et sur les marqueurs cérébraux des différences inter-individuelles dans la capacité à acquérir les sons d’une langue étrangère.
Titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’École Polytechnique (1990) et d’un doctorat en sciences cognitives de l’École des hautes études en sciences sociales (1994), il a été recruté au CNRS en 1998 après deux séjours postdoctoraux, en Espagne (université de Barcelone) et aux États-Unis (Université Rugters, New Jersey). Il travaille dans l’unité de neuroimagerie cognitive INSERM-CEA depuis 2002.

 

Ancien collègues:

Eszter Szivós

Côme MAESTRACCCIpostdoctorant (IRCAM)spécialiste des systèmes interactifs

Marie Bouvier

Corinne JOLA  , chorégraphe et scientifique (INSERM)

Sarah FDILI-ALAOUIpostdoctorante (IRCAM) – spécialiste des systèmes interactifs pour la création en danse

Corinne JOLA est scientifique et chorégraphe. Elle étudie l’adaptation des processus neuronaux et somatosensoriels liés au corps et à la représentation de mouvements, en combinant l’utilisation de méthodes scientifiques et artistiques. Après ses études en psychologie, cognition (Suisse/Allemagne), danse contemporaine à IWANSON (Munich, diplôme d’enseignement I), et Danse & Culture à l’Université de Berne, elle a obtenu un doctorat en neurosciences cognitives à l’Université de Zurich, et a effectué dans ce cadre des stages à l’Institut de Neurosciences Cognitives de Londres, avec le financement du Fonds national suisse pour la recherche scientifique. Enfin, elle a obtenu avec mention un master en chorégraphie Laban à Londres. Depuis 2006, elle a collaboré à plusieurs reprises avec la compagnie de danse EG| PC à Amsterdam. Lors de ses précédentes charges académiques (Université de Surrey, Université de Glasgow, au Royaume-Uni), sa recherche s’est positionnée de façon croissante à l’intersection entre la danse et les sciences. Dans ce cadre, elle a parfois mesuré l’activité cérébrale des spectateurs au cours de performances en temps réel.
Elle poursuit actuellement sa recherche dans le cadre d’un postdoctorat à NeuroSpin, financé par l’INSERM et Paris 8 (LABEX), où elle étudie les structures neuronales qui sous-tendent la danse et la chorégraphie. Son travail de recherche a été régulièrement publié et commenté dans la presse (par ex le New York Times). Ses spectacles ont été présentés à plusieurs reprises (Royaume-Uni, Suisse) et elle a enseigné la danse en Angleterre, en Allemagne et en Autriche (par exemple lors du Impulse Dance Festival).

Sarah FDILI ALAOUI est chercheuse en ATER à l’Université Paris-Sud et en post-doctorat à Paris 8 et à l’Ircam dans le cadre du projet Labodanse. Sa recherche concerne l’analyse et la représentation du geste dansé et leur utilisation dans la conception et le développement des interactions gestuelles Homme-Machine. Son travail s’inscrit dans la thématique art-science dans la mesure où elle collabore avec des danseurs, des chorégraphes, et des compagnies de danse telles que Emio Greco | PC, afin de créer des systèmes interactifs pour la création chorégraphique, la pédagogie ou à la transmission de la danse.
Sarah est titulaire d’un diplôme d’ingénieur en informatique et en mathématiques appliquées de l’ENSIMAG ainsi que d’un Master de Recherche en mathématiques appliquées de l’Université Joseph Fourier. Elle a obtenu un doctorat en informatique de l’Université Paris-Sud sur l’analyse et la représentation du geste dansé, où elle étudie l’apport des qualités de mouvement en danse dans l’interaction Homme-Machine. Elle a effectué son doctorat au LIMSI sous la direction du professeur Christian Jacquemin et à l’IRCAM sous la direction du docteur Frédéric Bevilacqua.
Sarah a également suivi des formations en danse classique et contemporaine et a dansé au sein de compagnies de danse contemporaine ou de danse improvisée

Advertisements